Coup de cœur de Caroline Séguin

Piccolo solo de l’Orchestre Métropolitain

La Symphonie no 10 de Dimitri Chostakovitch

Ma rencontre avec cette œuvre…

Juin 2001. Je me prépare à participer à l’Orchestre national des jeunes du Canada pour tout l’été qui suivra. Nous connaissons les œuvres au programme, mais pas la position que nous allions chacun occuper dans l’orchestre. Sous la recommandation d’un ancien professeur, j’espérais jouer la partition de piccolo dans cette 10e symphonie de Chostakovitch.

Je ne connaissais pas du tout ce compositeur, je ne l’avais jamais entendu. Bien que j’avais déjà joué du piccolo à l’orchestre, c’était la toute première grande symphonie que j’allais interpréter.

J’ai donc écouté la symphonie pour me préparer. Au départ, je n’aimais pas tellement cette pièce! Je n’y comprenais absolument rien. Le stage commençait et j’ai appris que j’allais jouer du piccolo. Ce fut le début d’une histoire d’amour entre le piccolo, Chostakovitch et moi.

Grâce à ce compositeur, j’ai découvert toutes les facettes du jeu du piccolo. Que ce soit par la douceur, la sensibilité, la puissance ou la brillance, Chostakovitch sait comment écrire pour cet instrument. J’ai appris à aimer la couleur orchestrale du compositeur russe remplie d’atmosphères dénudées et d’envolées enflammées.

Mon amour profond pour ce Chostakovitch, et cette symphonie en particulier, est la preuve qu’il ne faut pas toujours se fier à nos premières impressions!

 

 

Mon passage préféré :

En fait j’ai deux passages préférés. La fin du premier mouvement où on peut entendre un magnifique duo de piccolo ainsi que le 2e mouvement au complet que je ne me lasse pas d’écouter. C’est de l’énergie en condensé!

 

Ma version préférée :

Difficile pour moi de donner ma version préférée! Ma référence étant l’expérience que j’ai eue à l’Orchestre national des jeunes du Canada… je retrouve difficilement l’énergie de tous ces concerts que j’ai faits dans un enregistrement. Mais il y a une version de l’Orchestre de Philadelphie sous la direction de Mariss Jansons qui s’y rapproche.

 

Bonne écoute!

Formée au Conservatoire de musique de Montréal, Caroline est flûte solo de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières depuis 2002 ainsi que piccolo solo de l’Orchestre Métropolitain depuis 2004. Musicienne recherchée, elle se joint régulièrement à d’autres formations musicales telles que l’Orchestre symphonique de Montréal, l’Orchestre symphonique de Laval, l’Orchestre symphonique de Longueuil, I musici, l’Orchestre du centre national des arts d’Ottawa, ainsi qu’à une variété d’événements musicaux de la région métropolitaine. Elle partage également son savoir en donnant des cours privées, des classes de maître et en tant que professeure invitée à l’Université de Montréal. En plus d’être une musicienne accomplie, Caroline est coach professionnelle certifiée en PNL depuis 2015 et enseignante certifiée en PNL depuis 2016. 

La Zone d’écoute est une initiative de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) en partenariat avec l’Orchestre Métropolitain. Avanafil (Stendra) online


Elle reflète la volonté de l’OM de rendre la musique symphonique toujours plus accessible. En s’associant à des partenaires tels que la Commission scolaire de Montréal, l’OM s’active à donner aux jeunes différentes occasions de vivre la musique grâce au volet L’OM pour les écoles.