Symphonie nᵒ 31, « Paris »

Mozart

1756 – 1791

C’est plein d’espoir que Mozart arrive à Paris en mars 1778. Il terminait par la capitale française une tournée qui l’avait mené, toujours à la recherche de travail, dans quelques villes d’Allemagne et surtout à Mannheim, qui connaissait alors une intense vie musicale. Il a en poche une liste, dressée par son père Léopold, de personnalités susceptibles de l’aider, parmi lesquelles le baron de Grimm, qui l’avait pris sous son aile lors de ses précédents séjours parisiens alors qu’il était enfant prodige. Léopold étant demeuré à Salzbourg – nous disposons de ce fait de lettres pleines de précieuses informations –, c’est sa mère qui l’accompagne – elle mourra durant le séjour, laissant un Mozart de vingt-deux ans tiraillé entre l’amour qu’il lui porte et un sentiment de libération…

Hélas, les choses ne se passent pas tel qu’espéré. Mozart ne jouit à Paris d’aucun renom en tant que compositeur, seulement en tant que virtuose du pianoforte, et il doit donner des leçons, ce qu’il fait à contrecoeur. Grimm le néglige et ne l’introduit pas auprès de la haute société – sa seule commande privée est le Concerto pour flûte et harpe, K. 299 pour le comte de Guisnes et sa fille. Le jeune homme, par ailleurs très conscient de sa valeur, n’a que peu de contacts avec la société française, qu’il jugera sévèrement, et fréquente essentiellement des compatriotes. Comme le décrivent Jean et Brigitte Massin : « C’était un jeune homme […] dont on ignorait tout de ses compositions récentes, un jeune Allemand au physique peu attirant qui s’exprimait avec un fort accent tudesque. » Ce séjour lui permettra cependant de prendre contact avec la franc-maçonnerie et son idéal de fraternité.

En dépit d’un piètre accueil général, Mozart place sa confiance dans le Concert spirituel, institution de concerts publics qui se tiennent les dimanches et les jours de fêtes religieuses, soit quand l’Opéra doit rester fermé. Son directeur, Joseph Legros, lui commande une symphonie concertante avec vents, mais « oublie » de la faire jouer… Pour se faire pardonner, il récidive avec une symphonie : ce sera la N° 31 en ré majeur, K. 297, qui, exécutée le 18 juin, remporte un grand succès. Legros prie cependant Mozart de composer un autre Andante, trouvant le premier trop « modulant » – trop riche d’idées ! C’est cette nouvelle version qui sera bientôt publiée chez Sieber et l’oeuvre sera souvent remise au programme du Concert spirituel au cours des années suivantes.

En trois mouvements et richement orchestrée, avec pour la première fois chez Mozart des clarinettes – dont il avait déploré l’absence dans l’orchestre de Mannheim –, la Symphonie est écrite pour plaire aux Français, avec de puissants tutti, des crescendos, des vents à découvert et de francs contrastes. Conçus sans reprises, ses trois mouvements font plutôt se répéter certaines des cellules mélodiques, un peu à la manière des chaconnes et passacailles des générations précédentes.

L’Allegro assai initial, très martial, table sur un motif de fusée, omniprésent jusqu’à la toute fin, et fait se succéder les inventions mélodiques les plus variées, avec quelques courtes incursions plus dramatiques en mode mineur. L’Andante qui suit, bâti de loin comme un rondo, varie les retours du refrain; son balancement nonchalant dégage poésie et tendresse, mais sans pathos, dans l’esprit d’une romance. L’Allegro final renoue avec l’énergie du premier mouvement; il débute piano aux violons, avant que n’éclate un vigoureux tutti, puis propose un thème en entrées fuguées qui confèrent une touche de sérieux à son allure triomphale. Le tout se termine, écrit Michel Parouty, « avec une animation qui ne se dément pas et une recherche de couleurs des plus spectaculaires ».