El Sombrero de tres picos ( Le Tricorne), suite nᵒ 1

De Falla

1876 – 1946

L’école espagnole moderne a pris son essor avec Isaac Albeníz (1860-1909) et Enrique Granados (1867-1916) qui, les premiers, la firent rayonner de par le monde. Après eux, Manuel de Falla, Joaquín Turina (1882-1949), puis Joaquín Rodrigo (1901-1999) en furent les ambassadeurs les plus populaires. On considère généralement Falla comme le plus grand d’entre eux.

En 1917, de Falla a composé un ballet-pantomime en deux scènes intitulé El Corregidor y la molinera (Le Juriste et la meunière), tiré d’une nouvelle du romancier espagnol Pedro de Alarcón (1833-1891). Comme son précédent chef-d’œuvre El Amor brujo (L’Amour sorcier, 1915), la musique en est tout imprégnée des harmonies du cante jondo, le chant flamenco authentique des Gitans andalous que de Falla connaissait bien.

Après avoir assisté à la création du Corregidor, le célèbre imprésario Serge Diaghilev (1872-1929) en commande une version plus élaborée et réorchestrée pour un grand effectif. Rebaptisée El Sombrero de tres picos (Le Tricorne), qui était le titre de la nouvelle d’Alarcón, cette version définitive a été créée au théâtre Alhambra de Londres en 1919, avec rien de moins que des décors de Pablo Picasso et une chorégraphie de Léonide Massine! Les deux suites orchestrales tirée du Tricorne omettent deux airs dans le style flamenco, chantés par une mezzo-soprano, mais retiennent la majeure partie de la musique du ballet.

© Claudio Ricignuolo