Coup de cœur d'Éric Champagne

Compositeur
Collaborateur de l'Orchestre Métropolitain

Ballet Casse-Noisette de Piotr Ilitch Tchaïkovski, extrait Pas de Deux (Andante Maestoso)

 

Ma rencontre avec cette œuvre :

Quand j’étais plus jeune, j’ai assisté à une représentation du ballet Casse-Noisette dans laquelle ma cousine dansait (elle interprétait une souris et un flocon de neige). De nombreux numéros de ce ballet sont très célèbres et il est difficile de ne pas être enivré par cette musique magique. Je me souviens de l’émotion très intense qui m’a prise lorsque j’ai entendu le Pas de deux dans l’Acte II. C’est tout simplement beau et lumineux, intime et grandiose, magique et tragique. C’est ce mélange de passion extrême qui anime la musique de Tchaïkovski qui en fait l’un de mes compositeurs préférés !

 

Mon passage préféré :

Quand la tension monte à 2 minutes 25 secondes, pour arriver au moment où l’orchestre reprend le thème avec une passion profonde et soutenue (à 3 minutes). Mais, oh ! Surprise ! Ce n’est pas le sommet de la pièce car l’orchestre s’emballe rapidement et le thème explose avec force et vigueur à 3 minutes 30 secondes. À ce moment précis, l’orchestration y est si spectaculaire et si généreuse que j’en suis renversé à chaque fois. Il faut entendre la trompette donner un éclat grandiose et très prenant au thème tandis que des bourrasques de piccolo et de harpe virevoltent tout autour !

 

 

 

 

Écoutez bien et portez attention à :

La mélodie principale (tellement simple – c’est une gamme descendante – et en même temps tellement belle, avec un son chaleureux et une émotion passionnée, le tout baignant dans une aura lumineuse et veloutée grâce aux arpèges de la harpe), les couleurs orchestrales (dont le solo de clarinette basse dans son registre aigu à 1 minute 56 secondes), mais aussi plus globalement l’écrin chaleureux de la section des cordes, la magie de la harpe, la légèreté des solos, la puissance dramatique des trombones…

 

 

Orchestre Philharmonique National de Russie, dirigé par Vladimir Spivakov

 

Bonne écoute !

Récipiendaire du prix Opus Découverte de l’année en janvier 2014, le compositeur Éric Champagne détient une maîtrise en composition de l’Université de Montréal. Sa musique est régulièrement interprétée au Québec et à travers le Canada, aux États-Unis, en Europe et en Inde par des ensembles et solistes de renom, dont l’Orchestre Académique de Zurich (Suisse), les orchestres symphoniques de Montréal, de Québec, de Vancouver et de Kitchener-Waterloo, en plus du National Academy Orchestra of Canada (Hamilton), du Toronto Youth Symphony Orchestra, du University of Oklahoma Wind Symphony et du Quatuor Molinari, notamment. Compositeur en résidence de l’Orchestre Métropolitain de 2012 à 2014, Éric Champagne collabore régulièrement avec cet orchestre pour divers projets musicaux et pédagogiques.

Éric Champagne est lauréat de plusieurs prix et distinctions, dont le Prix du CALQ-Création de l’année-Montréal pour sa Symphonie no 1 créée en mars 2014 par l’Orchestre Métropolitain, le Michael Hennagin Memorial Composition Prize de l’Université de l’Oklahoma pour sa pièce Champ-de-Mars, par jour de lumière, le Prix collégien de musique contemporaine pour sa pièce Vers les astres, le premier prix du concours de composition de l’Orchestre de l’Université de Montréal et le premier prix du concours de composition pour orgue de l’Ensemble Musica Nova de Sherbrooke.

 

La Zone d’écoute est une initiative de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) en partenariat avec l’Orchestre Métropolitain. Avanafil (Stendra) online


Elle reflète la volonté de l’OM de rendre la musique symphonique toujours plus accessible. En s’associant à des partenaires tels que la Commission scolaire de Montréal, l’OM s’active à donner aux jeunes différentes occasions de vivre la musique grâce au volet L’OM pour les écoles.