Coup de cœur de Louis-Philippe Marsolais

Cor solo de l'Orchestre Métropolitain

La Symphonie n° 1 de Gustav Mahler

 

Ma rencontre avec cette œuvre :

Vers l’âge de 15 ans, alors que je commençais à m’intéresser à la musique symphonique, un ami corniste m’a suggéré d’écouter cette œuvre-là. Quand j’ai eu fini de l’écouter – ça dure quand même presque une heure! – j’ai recommencé depuis le début au moins 5 fois en ligne!

 

D’abord, le 3e mouvement avec le thème de Frère Jacques en mineur, me semblait génial, surtout qu’il est accompagné de mélodies qu’on pourrait entendre dans un mariage juif! Et je me rappelle l’avoir entendue en concert pour la première fois un ou deux ans plus tard, et quand la section des cors s’est levée pour la dernière minute de l’œuvre (c’est inscrit dans la partition!), je me rappelle encore de la vague de son qui m’a envahi!

 

Mon passage préféré :

J’ai joué cette œuvre plusieurs fois depuis, et je ressens toujours le même sentiment à la fin! Je dirais donc que les 4 ou 5 dernières minutes sont mes préférées de l’œuvre, à partir du début du dernier grand crescendo.

 

Louis-Philippe Marsolais (au centre)

 

 

Ma version préférée :

L’Orchestre Royal du Concertgebouw (Amsterdam) sous la direction du chef Leonard Bernstein.

1er mouvement

 

2e mouvement

 

Écoutez bien et portez attention :

Au grand crescendo de la fin du dernier mouvement :

 

Bonne écoute!

Considéré comme l’un des cornistes canadiens les plus actifs, le Montréalais Louis-Philippe Marsolais est à la fois soliste, musicien de chambre et d’orchestre, et s’impose sur la scène internationale depuis plus de quinze ans. Sa carrière de soliste prend son envol lorsqu’il devient, en 2005, lauréat de trois prix au prestigieux Concours international de musique de l’ARD à Munich. Ces prix s’ajoutent à la longue liste de récompenses obtenues lors des concours internationaux de Genève, de Trévoux et de Rovereto. Depuis, il s’est produit comme concertiste avec plusieurs orchestres au Canada, aux États-Unis et à travers l’Europe.

Cor solo à l’Orchestre Métropolitain depuis 2009, Louis-Philippe collabore fréquemment avec Les Violons du Roy et l’orchestre de chambre I Musici de Montréal. Il est aussi très actif en tant que chambriste : avec le quintette à vent Pentaèdre, dont il est membre depuis 2003, il se produit à travers le Canada, les États-Unis, l’Europe et le Moyen-Orient. Louis-Philippe Marsolais est professeur agrégé à la Faculté de musique de l’Université de Montréal. Il enseigne aussi à l’Académie internationale de musique et de danse du Domaine Forget, et est membre du conseil consultatif de la International Horn Society depuis 2015.

La Zone d’écoute est une initiative de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) en partenariat avec l’Orchestre Métropolitain. Avanafil (Stendra) online


Elle reflète la volonté de l’OM de rendre la musique symphonique toujours plus accessible. En s’associant à des partenaires tels que la Commission scolaire de Montréal, l’OM s’active à donner aux jeunes différentes occasions de vivre la musique grâce au volet L’OM pour les écoles.