BRAHMS ET SON
REQUIEM ALLEMAND

Le réconfort de la voix humaine est porté à son apogée avec Un requiem allemand de Brahms. Yannick Nézet-Séguin dirige l’OM et le Chœur Métropolitain dans cette pièce universelle, qui porte un regard bouleversant mais serein sur l’inéluctabilité de la mort. En s’appropriant le passage vers l’autre monde, le compositeur en fait une célébration de la vie.

À des lieues de la colère divine et du repentir du requiem latin, l’œuvre de Brahms est une apaisante ode à l’humanisme. Avec un déroulement dramatique inédit, des paroles allemandes soigneusement choisies pour évoquer l’espoir, un chœur et des solistes qui rappellent l’effectif des oratorios, Un requiem allemand est absolument unique en son genre. Cette fresque est précédée de l’Ouverture tragique du même compositeur, tour à tour mélancolique et fougueuse.

Yannick Nézet-Séguin

Erin Morley

Gerald Finley

Choeur Métropolitain

28

avril
20h00

Lieu

Maison symphonique de Montréal

 
Chef

Yannick Nézet-Séguin

Soprano

Erin Morley

Baryton-basse

Gerald Finley

Préparé par François A. Ouimet et Pierre Tourville

Choeur Métropolitain

Oeuvres

Brahms

Ouverture tragique

Brahms

Un requiem allemand

  • Présenté par